Connexion
Ultracore
Anselm Reyle

Le MAGASIN a accueilli l'exposition monographique de l'artiste allemand Anselm Reyle, réalisée en collaboration avec les Deichtorhallen de Hamburg, Allemagne.

 

L’espace des galeries a rassemblé des œuvres existantes qui constituaient alors une vue d’ensemble du travail d’Anselm Reyle tandis que l’espace monumental sous verrière du MAGASIN, «la Rue», a été le lieu d'une pièce spécifique réalisée pour l’occasion.

 

 

L’utilisation répétitive de certains motifs et matériaux est un trait caractéristique du travail d’Anselm Reyle. Il exploite différents media allant de la peinture à la sculpture en passant par l'installation et travaille à partir d'objets trouvés qu'il détourne de leur usage premier. L'univers artistique d’Anselm Reyle est lumineux et coloré. Il joue avec les matières et les textures, les couleurs et les effets métalliques. Il assemble pâtes, miroirs, paillettes et vernis acryliques aux couleurs fluorescentes et revisite ainsi les codes du kitsch et du décoratif. Anselm Reyle s’intéresse aux propriétés et caractéristiques du «cliché» particulièrement pour sa capacité à émouvoir et toucher le spectateur. S’inspirant des coloriages numérotés pour représenter des images kitsch de chiots, de dauphins jaillissant hors de l’eau ou de chevaux sur fond de soleil couchant, Anselm Reyle joue avec l’imagerie issue du monde de l’enfance. Chaque numéro se réfère à une couleur ou une texture particulière qu’il assemble volontairement avec discordance. Ces combinaisons de couleurs et de textures dissonantes sont réalisées avec des chutes d ́aluminium froissées ou déchiquetées, des tubes de néons, des éclaboussures colorées et des laques dans des cadres classiques. Anselm Reyle ne cherche pas des couleurs et des textures qui se complètent et s’assemblent harmonieusement. Au contraire, il démarre par la discordance pour créer de l’harmonie. L’effet scintillant et brillant de ses «peintures aluminium», du film argenté plissé, disposé dans des boîtes en plexiglas coloré, souligné par le contraste entre la fragilité du film argenté et la rigidité des boîtes en plexiglas, attire l’oeil du visiteur. Le miroitement stimule le sens du toucher, alors que les boîtes empêchent toute possibilité d'expérience tactile. Une des caractéristiques fondamentales du travail de Anselm Reyle est l'utilisation d’objets trouvés divers qu’il détourne de leur fonction originale, altère visuellement et recontextualise. Il a appliqué ce procédé avec des objets issus du monde agricole : des roues de chariot, des charrettes de foin, des charrues et des bottes de foin, qu'il «défamiliarise» complètement par une simple intervention, telle que l'utilisation d’un gloss chromé, de néon ou de peinture en spray pour glorifier artificiellement ces objets communs. En appliquant finitions brillantes et ostentatoires aux objets communs, Anselm Reyle défient leur fonction utilitaire et déterminée en leur donnant une nouvelle valeur commerciale. Anselm Reyle a été impliqué dans plusieurs projets collaboratifs ces dernières années, comme celui qu'il a mené avec le fabricant de porcelaine traditionnel allemand Meissen. Pendant un tour des ateliers, Anselm Reyle remarque que des pièces défectueuses sont retirées avant cuisson et jetées. Il pense alors cuire et vitrifié cette porcelaine défectueuse encore moite, cette forme de déchet se situant ainsi en opposition à la qualité immaculée de la porcelaine, évocatrice pour lui d'une image stéréotypée de la vie bourgeoise. Anselm Reyle a décidé ensuite de présenter ces objets dans des vitrines en verre - à la manière d’un musée classique. Dans son travail, Anselm Reyle détourne les références de l ́histoire de l ́art. Il mélange l'influence des écoles historiques d'abstraction du début du XXème siècle avec le vocabulaire évolutif des nouvelles pratiques industrielles et des méthodes de fabrication en série. Son travail démolit toute distinction hiérarchique qui pourrait exister entre différentes cultures, l'histoire de l'art, la musique et l'architecture. En associant des objets communs à du matériel scintillant, son travail porte le témoignage de notre temps et de notre culture de consommation.

MAGASIN presented a solo exhibition by German artist Anselm Reyle. This exhibition has being realized in collaboration with the Deichtorhallen in Hamburg, Germany. It features selected works from various series created in recent years as well as new pieces developed specially for the show. His exhibition at MAGASIN played upon the monumentality of the central space under roof, called «la Rue», which has been home to a site-specific work realized for this occasion.

 

 

The galleries displayed existing pieces and provide an overview of Anselm Reyle’s work. The repetitive use of certain patterns and materials is a characteristic feature of Anselm Reyle’s work. He handles a wide range of artistic mediums from painting to sculpture as well as works derived from found objects, which have been distanced from their original function, alienated visually and put into a new context. His artistic realm is bright and colorful. He plays with materials and textures, colors and metallic effects. He assembles modeling pastes, mirrors, glitter and acrylic varnishs, as well as fluorescent colors to revisits the codes of kitsch and ornamentality. Anselm Reyle is interested in the qualities and caracteristics of a «cliché» specifically its capacity to touch and appeal to the viewer. By reproducing “paint-by-number” templates with kitsch images such as cute dogs, flying dolphins or friendly horses, Anselm Reyle appeals to common childhood references. Each number refers to a specific color or a specific texture that he voluntarily arranges with disharmony. Those dissonant color and texture combinations are achieved using silver foils, mirrors, special-effect pastes, glitters, lacquers, and textured pastes. He does not seek to find colors and textures that complement each other. On the contrary, he starts from disharmony to create harmony. His «foil paintings», folded foil arranged in colored plexiglass boxes, also appeal to the viewer with shiny and glittery effects, emphasized by the contrast between the fragile foil forms and the rigidity of the plexiglass box. The shimmer stimulates the sense of touch, while at the same time the boxes deny any possibility of tactile experience. Characteristic of his work is also the use of various found objects that have been removed from their original function, altered visually and recontextualized. For example, he took objects from the world of farming: wagon wheels, hay carts, ploughs and bales of hay, that he completely defamiliarizes through a simple intervention, such as applying chrome gloss, neon and spray paint in order to artificially glorify those common objects. By laying on gloss and shinny ostentatious finishes to common objects, Anselm Reyle challenges their utility and intended function by giving them a new commercial value. Anselm Reyle has been involved in several collaborative projects in recent years, such as the one he led with the traditional German porcelain manufacturer Meissen. During a tour of the workshops, Anselm Reyle noticed that defective pieces were removed before being fired and thrown into a waste box. He thought about firing and glazing this porcelain waste while it was stilll moist. The form of the trash stands in opposition to the immaculate quality of porcelain, reminiscent for him of the stereotype image of bourgeois living. Anselm Reyle decided then to present the works in glass cabinets – which are usually found in classic museum settings. In his work, Anselm Reyle mixes the influence of historical schools of abstraction from the early 20th century with an evolutionary vocabulary for new industrial practices and mass production methods. Reyle’s work collapses any hierarchical distinctions that might exist between different subcultures, art history, music and architecture. By juxtaposing common objects with showy material, his work bears witness to our time and our consumer culture.

Anselm Reyle, né en 1970 à Tübingen en Allemagne, a fait ses études aux Académies des Beaux-Arts de Stuttgart et Karlsruhe. Depuis 1997, il vit et travaille à Berlin et enseigne depuis 2009 à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Hambourg. 2012 2011 2010 Anselm Reyle a participé à de nombreuses expositions en Allemagne et dans le monde entier. Parmi les dernières expositions personnelles de l’artiste, on compte une exposition au Arken Museum of Modern Art de Copenhage (2011), et à la Kunsthalle de Tübingen (2009). Il a également exposé de nouvelles sculptures et peintures à la Kunsthalle de Zurich (2006), à la galerie Almine Rech à Paris, à la Gagosian Gallery à New-York et la Kaikai Kiki Galerie à Taipei. Il a de plus participé à de nombreuses expositions collectives internationales dont une à la Tate Modern de Londres et une autre au Palazzo Grassi de Venise.

 

Un catalogue commun aux expositions du MAGASIN et des Deichtorhallen a été publié aux éditions Distanz, il inclut de nombreuses illustrations, des essais de David Ebony et de Dirk Luckow, ainsi qu'un entretien d’Anselm Reyle par Friedrich von Borries. Le catalogue est publié en version trilingue (anglais, allemand, français).

Born in 1970 in Tübingen, Germany, Anselm Reyle studied Fine Art in Stuttgart and Karlsruhe. Since 1997, he has lived and worked in Berlin and has been teaching at the University of Fine Arts Hamburg since 2009. The artist currently has a show on view at Deichtorhallen Hamburg, other past solo exhibitions include Arken Museum of Modern Art, Copenhagen (2011), Kunstalle Tübingen (2009), Kunsthalle Zurich (2006), Galerie Almine Rech, Paris; Gagosian Gallery, New York and Kaikai Kiki Gallery, Taipei. He has also participated in numerous international group exhibitions including ones at Tate Modern, London and the Palazzo Grassi, Venice, Italy.

 

On the occasion of the two exhibitions in Hamburg and Grenoble, a catalog has been published by Distanz Verlag which boasts countless illustrations, including images of works shown at MAGASIN, and essays by David Ebony and Dirk Luckow as well as an interview by Friedrich von Borries with Anselm Reyle. The book has been published as a trilingual publication (in English, French and German).