Connexion
The Unborn Museum
Pietro Roccasalva

L’exposition de Pietro Roccasalva au MAGASIN est la première grande exposition monographique de l’artiste italien en France.

 

Les multiples obsessions iconologiques de Pietro Roccasalva, empruntées au registre du cinéma, de la musique ou encore de l'art, sont développées dans des installations complexes : des « tableaux vivants » encore appelés « situazione d'opera ». Les éléments qui les constituent sont pensés comme les personnages d'une pièce de théâtre qui continue de s'écrire. La peinture, et ses déclinaisons sous forme de sculptures, installations, oeuvres numériques, dessins, films, performances et tableaux vivants, semble enraciner au plus profond la pratique de l'artiste dont elle est tout à la fois le point de départ et d'achèvement.

 

L'exposition a rassemblé une quarantaine d'oeuvres créées au cours de la dernière décennie ainsi qu'une nouvelle installation produite pour l'occasion et révèle la dimension « potentielle » de l'oeuvre d'art. Ainsi le titre de l'exposition The Unborn Museum fait référence à un « monde intermédiaire » qui se situe entre les œuvres d'art et le musée comme lieux de mémoire où sont déposés les restes d'un processus achevé, et une dimension potentielle qui, en tant que telle, offre la possibilité à ce qui n’a jamais été, d'advenir. The Unborn Museum est ainsi le lieu paradoxal pour la mémoire d'un «reste» qui n'a jamais été.

 

Pour son exposition, l'artiste a choisi de présenter ses oeuvres selon le principe de mise en abîme processuelle qui fonde son travail, privilégiant ainsi les liens qu'elles entretiennent entre elles. Chacune de ses oeuvres, en effet, naît de la structure interne de celle qui la précède. Le parcours de l'exposition s'est achèvé par sa nouvelle pièce The Seven Sleepers, composée d'une performance et d'une pièce sonore, issue de sa précédente installation sculpturale Just Married Machine, présentée à la galerie Kordansky à Los Angeles en 2012 et inspirée d'une nature morte filmée par Pasolini dans son film « La Ricotta ». Dans Just Married Machine, l'artiste opère plusieurs glissements visuels par la transformation d'objets traditionnellement représentés dans une nature morte en objets à taille humaine. Dans The Seven Sleepers, son installation Just Married Machine est devenue un modèle miniature que sept dessinateurs installés dans un studio d'enregistrement dessinent. Le son du dessin – première étape de recherche picturale – fut rediffusé simultanément dans la Rue. Le son de ce geste minimal, amplifié puis diffusé dans cet espace vide immense, résonna tel le tonnerre.

 

C'est ainsi que le parcours de l'exposition s'achèva paradoxalement par un commencement. 

Pietro Roccasalva’s exhibition at MAGASIN is the first comprehensive solo show of this Italian artist in France.

 

The multiple iconological obsessions of Pietro Roccasalva, borrowed from the registers of cinema, music or even art, are developed in complex installations - "alive paintings" also named "situazione d’opera". Their constitutive elements act as characters of theater, each one of them playing their part of a developing score.

 

Painting, and its declination in form of sculptures, installations, digital works, drawings, movies, performances and tableaux vivants, holds the deepest aspects of the artist’s practice for which it is both the starting point and the completion.


The exhibition gathered around forty pieces created during the last decade that reveals the potential dimension - then projected in the future - of the artwork. The title of the exhibition The Unborn Museum refers to an “intermediate world” between artworks or museums, as objects and places of memory that encapsulate the remains of an achieved process, and a dimension that, as such, contains the potential for other "unborn" forms and processes. The Unborn Museum is thus a paradoxical place in which to remember “remains” which have never existed.

 

For this exhibition, the artist chose to present his works room after room according to a principle of mise en abîme that founds his work, favoring the links which exist between the works. Indeed, each piece stems from the internal structure of the one which precedes it. This exhibition ended with a new artpiece, The Seven Sleepers, composed of a performance and a sound piece, stemming from Pietro Roccasalva's major sculptural installation Just Married Machine, presented at Kordansky Gallery in Los Angeles (2012) and inspired from a still life taken from the short Pasolini film La Ricotta. In Just Married Machine, Pietro Roccasalva operates several visual slippages to transform objects depicted in a traditional still life into fully realized, life-sized objects. In The Seven Sleepers, his work Just Married Machine became a sculptural model that seven draftsmen draw inside a recording studio. The sound of the drawing – first stage of the painting – was simultaneoulsly broadcasted in the space of « La Rue ». The sound of this minimal gesture, amplified and played in this huge completely empty space, resonated like thunder.

 

Hence the exhibition ended on the idea of a beginning. 

 

PIETRO ROCCASALVA

 

Né en 1970 à Modica, Pietro Roccasalva vit et travaille à Milan. Il a participé à de nombreuses expositions en Italie et dans le monde entier. Parmi les dernières expositions personnelles de l’artiste, on compte une exposition à la David Kordansky Gallery, Los Angeles (2012), à la GAMeC Galleria d'Arte Moderna e Contemporanea, Bergamo, Italie (2007), aux Art Statements, Art 39 Basel (2008) ainsi qu’à la Fondazione Querini Stampalia, Venise (2006). Son travail a également été présenté lors d'expositions collectives, comme à la Fondation David Roberts Art, Londres (2013), à la Bonniers Konsthall, Stockholm (2010) et au Museum of Contemporary Art, Chicago (2009). Il a aussi participé à la Biennale de Venise (2009) et à Manifesta (2008).