Connection
Exposition de Noël 2015
Il faut qu’il se passe quelque chose.

Vernissage : samedi 5 décembre 2015 à 18h30

Ancien Musée de Peinture de Grenoble, Place de Verdun

Entrée libre
Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 19h 
(fermeture exceptionnelle les 24, 25 décembre et 1er janvier)
Visite commentée gratuite tous les dimanches à 16h


 

À l’image des expositions de Noël des musées et des centres d’art de la Suisse et de l’Allemagne voisines, cette manifestation annuelle a pour objectif de rassembler en un temps et un lieu donnés des artistes qui ont un lien avec la région Rhône-Alpes. Ces artistes sont invités à participer à un processus de sélection confié à un jury indépendant, annuellement renouvelé, composé d’acteurs institutionnels (musées, centres d’art, écoles d’art), de critiques d’art, de collectionneurs et d’artistes.

Ce jury sélectionne entre vingt et trente participants dont les travaux récents sont rassemblés pour une présentation publique. L’un d’entre eux reçoit une distinction particulière sous la forme d’un prix, le prix de la Ville de Grenoble. Un second prix, le prix Edouard Barbe, est attribué à l’un des artistes par un groupe de collectionneurs qui se réunit à l’Ancien Musée de Peinture avant le vernissage de l’exposition.

 

Cette manifestation initiée et organisée par le MAGASIN – Centre National d’Art Contemporain de Grenoble en partenariat avec le Conseil Régional Rhône-Alpes, la Ville de Grenoble et le Département de l’Isère, se tiendra dans les salles de l’Ancien Musée de Peinture de Grenoble du 6 décembre 2015 au 3 janvier 2016.

 

Composition du Jury :

- Joël Bartoloméo, artiste et enseignant à l’ESAD Grenoble
- Patricia Creveaux, responsable du département des publics au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne
- Pierre David, directeur de Moly-Sabata, Résidences d’artistes
- Laura Kuusk, lauréate de l’Exposition de Noël 2014, artiste et enseignante à l’Ecole des Beaux Arts d’Estonie
- Maxime Lassagne, coordinateur des expositions au Centre d’Art Contemporain Genève
- Jean-Marc Salomon, fondateur, Fondation pour l’art contemporain Jean-Marc et Claudine Salomon
- Christophe Tournay, lauréat de l’Exposition de Noël 2014, artiste
- Laura Caraballo, étudiante à la session 25 de l’Ecole du MAGASIN
- Chloé Curci, étudiante à la session 25 de l’Ecole du MAGASIN

 

L’Exposition de Noël 2015 est coordonnée par 4 des 7 élèves de l’École du MAGASIN : Laura Caraballo, Chloé Curci, Giulia Pagnetti, Eleonora Castagna. L’École du MAGASIN est un programme international de formation professionnelle aux pratiques curatoriales, développé depuis 1987 par le MAGASIN - Centre National d’Art Contemporain de Grenoble. Dispensé sur un an, il rassemble des participants issus de diverses formations (art, histoire de l’art, philosophie, sciences sociales…) autour d’un sujet de recherche devant déboucher sur un projet collectif.

 

LAUREATS :

- Le prix de la ville de Grenoble à Etienne Chosson pour son œuvre performative "(...) aux Beaux Arts, tous les jeudi de 6 à 8 (...)"

- Le prix Edouard Barbe, Marion Wintrebert a été retenue pour son œuvre "Manières de faire".

 

En tant que nouvelles étudiantes de l’École du MAGASIN, nous avons assumé très rapidement notre travail curatorial en collectif : mettre en place l’Exposition de Noël. Nous avons voulu faire de ce défi une opportunité, celle d’interroger la pratique du commissariat à travers la manipulation de l’espace d’exposition.


L’Exposition de Noël est devenue une étape significative dans le programme de formation aux pratiques curatoriales de l’École du MAGASIN. C’est un rendez-vous annuel dans lequel des liens se tissent entre les jeunes commissaires de l’École du MAGASIN, les artistes de la région Rhône-Alpes, mais aussi avec les publics et avec un espace d’exposition au cœur de la ville de Grenoble.


Le travail de sélection fait par le jury n’a pas pour vocation de développer un propos spécifique. C’est pourquoi le travail curatorial se fait, dans ce cas-là, à posteriori. Nous nous positionnons ainsi pour le dessiner par notre démarche à travers un parti pris scénographique.


L’une des étapes principales de la formation du commissaire d’exposition est la confrontation à l’accrochage dans un espace donné. En effet, l’espace peut être considéré comme le seul garant de l’ordre du monde, étant donné qu’il accueille tous les objets et pour cette raison il devient le véritable protagoniste. L’espace de l’exposition est celui de nos choix curatoriaux, bien que cet espace ait déjà son caractère propre par son histoire et son architecture très spécifiques.


La sélection de ces œuvres présente l’hétérogénéité exceptionnelle des pratiques artistiques contemporaines, nécessitant une pluralité d’espaces d’expositions. Très souvent l’art dépasse ses limites spatio-temporelles se déployant comme un processus ouvert. Nous avons ainsi considéré que les trente pièces sélectionnées, malgré leurs différences, témoignent d’une cohérence globale que nous avons voulu intégrer dans une structure support. ,Celle-ci ne doit pas à notre sens être conçue comme un accrochage neutre, mais elle doit s’insérer dans cet espace patrimonial en montrant ouvertement les dispositifs processuels.


La structure de l’exposition devient donc un outil pour la réflexion en même temps qu’un système performatif à travers lequel les visiteurs se déplacent et interagissent avec les œuvres et l’espace lui-même.


Les marquages, en tant que barrières à ne pas franchir, sont revus, critiqués et dépassés. Les lignes de démarcation sont devenues des lignes guides définissant les espaces à explorer et à vivre. Le dispositif, en mettant à vue un accrochage, parle de ce qui définit le principe de l’espace d’exposition. Notre but est d’exposer/exploser ce dispositif en montrant le caractère dynamique et processuel que l’art contemporain exige dans la structure qui l’héberge.


L’accrochage de l’Exposition de Noël renvoie, par cette démarche, à l’exposition mise en place simultanément par nos collègues à l’ESAD, Toute première fois, dans laquelle est présentée une sélection des œuvres de la collection privée de Colette Tornier.


Le titre que nous avons choisi met en évidence notre positionnement à l’égard des potentialités de la mise en place de l’exposition. Collectivement, nous avons assumé une position radicale face aux circonstances en affirmant qu’ « il faut qu’il se passe quelque chose », et cela, autant à l’intérieur de cette salle d’exposition qu’à l’extérieur.

 

Laura Caraballo, Eleonora Castagna, Chloé Curci, Giulia Pagnetti,
membres de la session 25 de l’École du MAGASIN.