Connection
1/7 Les dimanches à l'horizontale / banane / Introduction / Mhz __ en ligne

 
Retour
à la banane

 

/ déambulation virtuelle
/ Visites thématiques
__ Mhz en ligne __

 

 

INTRODUCTION

 

Avec l’exposition de l’artiste Minia Biabiany, il est question de penser l’écologie au-delà de l’Occident plus précisément depuis le monde caribéen.

Son travail dans sa forme poétique et évanescente nous oblige à regarder fixement un impensé de notre histoire coloniale française qui perdure dans une sourde et pernicieuse violence.

 

Cette semaine, nous parlons de la BANANE. Dans l'exposition de Minia Biabiany, J'ai tué le papillon dans mon oreille, la banane est une figure récurrente.

En attendant de pouvoir nous replonger dans les entrelacs de cette exposition, cette visite-lecture du dimanche décortique tout ce que raconte la banane !

 

Disséminée dans l’espace, elle est subtilement évoquée avec la présence de stipes* délicatement encirées, des fleurs séchées suspendues ou encore de sculptures en feuilles tantôt tressées tantôt réduites en poudre agglomérées …

 

Ces sculptures organiques incarnent un impensé de notre histoire coloniale française. Hors d’une dénonciation spectaculaire de l’héritage de l’esclavage, de la colonisation et de la pollution endémique de son territoire ultra-marin, Minia Biabiany tisse subtilement les liens coloniaux qui persistent et qui continuent de tuer.

Sentir et penser* sont les deux faces d’une même méthode que l’artiste adopte pour nous aider à prendre conscience que l’écologie ne peut évacuer la question de la décolonialité. 

 

Sentir-penser avec la Terre. L’écologie au-delà de l’Occident, Arturo Escobar

 

 

  

 
Retour
à la banane

 

 
__
tout public 
 

 

+ d'info sur la programmation du Mhz en ligne 

 

__ Adulte __ __Tout public __ __ Enfant __