Connection
Bouffée d'air / Projet d'Éducation Artistique et culturelle / Mhz __ En ligne

Du 04 au 19 avril 2020

Dans le contexte du confinement, le MAGASIN des horizons propose aux enseignants de rejouer avec leurs élèves l’œuvre Bocanada de Graciela Sacco.

 

__

Depuis trois printemps, Les Sororales s’immiscent dans la vie culturelle grenobloise avec des événements décalés et impertinents. Cette année prendra la sororité au pied de la lettre en se plaçant sous le signe du collectif.


Dans le contexte actuel, le MAGASIN des horizons propose de vous retrouver en ligne autour de l’œuvre Bocanada de Graciela Sacco.

Interpellant le passant en le confrontant à l’image inquiétante d’un cri sourd et reprenant les codes de l’affichage publicitaire, l’œuvre, à forte signification politique et sociale, résonne à travers la lutte contre les violences faites aux femmes.
Si cette exposition esthético-politique devait déborder de la halle du centre d’art à l’espace public, nous vous proposer maintenant d’envahir la toile numérique !

 

Restitution à suivre du 4 au 19 avril prochain

Sur la « Story » des comptes Instagram et Facebook du @magasindeshorizons

 

 

PROTOCOLE DE PHOTOGRAPHIE

 

Le MAGASIN des horizons vous invite à prendre une bouffée d’air !

 

__ Poussez un cri ou prenez une bouffée d’air en ouvrant la bouche le plus grand possible.

__ Prendre une photographie en plan rapproché de votre bouche pendant ce cri – ne pas hésiter à recadrer la photographie pour n’avoir que la bouche.

__ La photographie finale doit être en format portrait, 1920 x 1080 pixels minimum

__ Utilisez un filtre noir & blanc OU sépia. Mais si vous n’en avez pas, nous l’ajouterons.

__ N’ajoutez pas d’éléments extérieur, ni de texte sur la photographie.

 

 

 

COMMENT ENVOYER VOTRE PHOTO BOUFFEE D’AIR ? 

 

Chaque élève envoie sa photographie à l’enseignant.e.

 

L’enseignant.e transfère les photographies regroupées par classe, vie wetransfer ( https://wetransfer.com/ ) à l’adresse mail : publics@magasin-cnac.org 

 

BIOGRAPHIE DE GRACIELA SACCO : 

 

C’est en 1993 que Graciela Sacco entreprend la série Bocanada. Réalisée à partir de photos de bouches grandes ouvertes en plan resserré, Graciela Sacco décline ces images en impression héliographique sur différents supports qu’elle convertit en images répétitives.

Evoquant à la fois la famine, la pauvreté, l’outrage, la peur, l’impossibilité de s’exprimer, les mêmes images réitérées reflètent des problèmes universels qui n’ont pas perdu de leur actualité.

 

Lorsqu’elles adoptent le format d’affiches, les bouches envahissent l’espace urbain dans une vaste installation qui parasite les murs, les espaces d’affichages publicitaires ou les panneaux de campagnes électorales. Graciela Sacco tente ainsi d’interpeller le passant en le confrontant à l’image inquiétante d’un cri sourd. En reprenant les codes de l’affichage publicitaire elle crée une œuvre à forte signification politique et sociale.

« Pourquoi les villes? Parce qu’elles sont carrefours et lieux d’échanges, lieux privilégiés pour leur modernité, pour leurs expériences avant-gardistes, sites emblématiques où se sont forgées les transformations sociales, politiques et esthétiques de ce siècle ». Graciela Sacco

 

En mêlant photographie, peinture, installation et vidéo, l’artiste explore les relations complexes qui lient l’art et la vie quotidienne. Fortement influencées par les interventions esthético-politiques Tucumán Arde (Tucumán brûle) du Grupo de artistas de vanguardia à Rosario en 1968, ses œuvres s’émancipent des espaces d’expositions traditionnels pour prendre place au cœur des villes et devenir, selon l’artiste, des « interférences urbaines ».


Graciela Sacco a affiché, en 1993, ses premières images intitulées Bocanada [Bouffée d’air] sur les murs des cuisines des écoles de Rosario en Argentine, alors que le personnel était en grève. L’artiste a réalisé ensuite des interventions dans plusieurs villes en collant ses images dans l’espace public, sur les murs, palissades, panneaux publicitaires, affichages de campagnes électorales…

 

Graciela Sacco est née en 1956 à Chañar Ladeado dans la province de Santa Fe, en Argentine et décède en 2017 à Rosario. Elle travaille principalement la photographie, la vidéo et l’installation, ainsi que l’intervention dans l’espace public. Elle photographie des inconnus et s’attache à leur regard ou à une partie de leur corps, avant de réinsérer ces images dans le paysage urbain en les collant sur des murs, des palissades ou d’autres objets. Fragmentées, surdimensionnées, ces photographies produisent de fortes tensions et invitent le spectateur à s’interroger sur la violence politique, sociale et économique.

 

+ d'info

 

 

 

Suivez les Bouffées d’air en ligne !

Sur la « Story » des comptes Instagram et Facebook

du @magasindeshorizons