Connection
Présentation de la revue Hippocampe
Avec Gwilherm Perthuis, Frédéric Khodja et Bruno Carbonnet

ET PERFROMANCE DE BRUNO CARBONNET

 

L'hippocampe est un animal marin hippocéphale, ancestral et atemporel, une créature mythologique, mais il s'agit également d'un secteur du cerveau qui joue un rôle primordial dans le processus de mémorisation. Il contribue à l'anticipation dans le présent grâce à l'exploitation et à l'analyse des traces du passé.

 

Hippocampe c’est également une revue semestrielle, un journal critique bimestriel et ce sera dans quelques mois, à l’automne 2016, une maison d’édition. Trois objets complémentaires ouverts aux arts visuels, à la littérature et aux idées, des supports qui revendiquent et mettent en scène la notion de montage, entre les textes, entre textes et images, et qui favorisent la friction entre des contributions très diverses sur le plan formel : essai, poésie, nouvelle, entretien, portfolio, carnet, tribune, document…

Pas de ligne éditoriale dogmatique, mais le désir de créer du sens, de contribuer à l’émergence et à la médiatisation de la pensée, de porter un regard sur notre monde en explorant la création littéraire et artistique contemporaine.

 

Les invités présenteront l’histoire de la revue, ses composantes, ses livraisons, puis nous donneront quelques clefs sur le journal critique et la maison d’édition en cours de gestation.

Ils parleront du numéro 13 de la revue, paru en ce printemps 2016, en approchant à la fois les dossiers (Alan Pauls et Furor), mais aussi en ouvrant sur quelques sujets essentiels (Natalia Ossef, Ana Mendieta, Henri Michaux, une enquête sur la bibliothèque…).

Enfin, l’artiste Bruno Carbonnet proposera une lecture/performance du texte qu’il publie dans ce numéro : une enquête poétique sur les traces d’un paquebot échoué en Corée du Sud qui révèle beaucoup sur le contexte politique, économique et religieux coréen…

 

Invités : Gwilherm Perthuis, rédacteur en chef, Frédéric Khodja, membre du comité de rédaction et Bruno Carbonnet, auteur.